El Husseini la France dispose de documents de la marocanité du Sahara

L’intervention de Mohamed Tajeddine El Husseini jeudi, au Parlement, lors de la journée d’étude sur les développements du Sahara marocain aura été, on ne peut plus claire et précise. L’évènement a été organisé par le groupe socialiste à la Chambre des représentants, et l’académicien a fait le tour de la question en fin connaisseur comme jamais auparavant.  

En effet, dans un long exposé, souvent entrecoupé par les applaudissements des députés, Mohamed Tajeddine El Husseini, politologue et professeur de droit international et de relations internationales à l’université Mohammed V de Rabat, a indiqué, solennel: « Je me souviens il y a quelques années de cela, devant la Chambre des Conseillers on avait longtemps débattu du même thème le +Sahara marocain+ avec une large lecture sur les développements géopolitiques« .

Mais depuis poursuivra-t-il, « bien de l’eau a coulé sous les ponts. La situation a évolué et les développements ont été incontestablement en faveur de la cause du Royaume et de son intégralité territoriale« .

Grand spécialiste de la question du Sahara marocain, l’universitaire a livré dans son intervention, une lecture juste de la situation à la lumière des différents développements intervenus après la « récupération progressive » par le Maroc de ses territoires occupés.

Il a en ce sens mis en exergue deux évènements qui ont pour ainsi dire fait la différence : El Guerguerat, une question vitale pour les capos d’Algérie qui rêvaient d’arriver à l’Atlantique et qui n’ont rien ménagé pour ce faire mais en vain, et la reconnaissance par les USA de la marocanité du Sahara. Mais pas que! Les consulats ouverts au Sahara par plusieurs pays n’ont pas été en reste. Une tendance qui se poursuit, avec en face les retraits de la reconnaissance aux séparatistes qui se multiplient.  

Pour la reconnaissance par les Etats-Unis de la marocanité du Sahara, il déclarera que l’administration du président démocrate Joe Biden n’a rien changé à cela par rapport à son prédécesseur, précisant que des journaux américains et du Moyen-Orient ont fait récemment état de l’accord présidentiel pour une accélération d’une industrialisation militaire d’envergure au Maroc. On n’occultera nullement les dernières résolutions du Conseil de sécurité de l’ONU, qui non seulement confortent la position du Royaume, mais également met Alger devant ses responsabilités, comme acteur clé de ce conflit.  

La junte algérienne n’a jamais su accepter l’échec, et entreprend d’ultimes tentatives pour s’en libérer, toujours en vain, du reste, Alger étant bel et bien prise au piège. D’où l’hostilité d’Alger à l’égard du Maroc, que les militaires ne cherchent plus à dissimuler et qui a franchi des étapes, montant crescendo et allant toujours plus loin.

« J’ai eu l’occasion de participer à de nombreuses conférences internationales avec des Américains et autres et de rencontrer des intellectuels algériens, à travers le Monde. Et dans leur grande majorité, ils ont presque tous la même position, c’est-à-dire que le Sahara est marocain, et ce que l’Etat en Algérie est en train de mettre en œuvre comme politique de voisinage n’est pas acceptable dans aucun pays du monde entier », a souligné l’expert.  

Pour Tajeddine El Husseini, il n’y a pas de doute, la France dispose de tous les documents confirmant que le Sahara est marocain. Il avance à cet égard quelques détails de ces agissements coloniaux quant aux frontières et territoires marocains que la France avait subtilisé au Maroc pensant que l’Algérie resterait française, Hassi Beida, Hassi Messaoud, Tindouf, Garat Jiblat…

Ce qui est certain, insiste-t-il, c’est qu’actuellement l’Hexagone a en point de mire le pétrole et le gaz algériens d’où une gymnastique politique d’équilibriste au millimètre juste pour se soustraire de son passé colonial à n’importe quel prix quitte à en sacrifier ses alliés.  

« Aujourd’hui, on peut dire que la France essaie de jouer ce rôle de neutralité dans cette région d’Afrique du nord”, dira encore l’universitaire, rappelant à ce propos un article analytique publié dans le journal « Le Monde » intitulé « Le délicat jeu d’équilibre de la France au Maghreb ».

El Husseini y voit un article ne mettant pas en œuvre les véritables intentions françaises, mais plutôt les intentions apparentes qui considèrent que le processus d’équilibrage mené par Macron entre les régimes marocain et algérien, est devenu millimétrique.  

Le journal français reconnait que la France a toujours historiquement suivi le Maroc dans ses revendications légitimes, disposant en cela de tous les documents prouvant la marocanité du Sahara, souligne l’académicien, notant que la donne a néanmoins changé, aujourd’hui avec l’entrée du pétrole et du gaz algériens. « Le régime algérien a atteint un point de non-retour dans sa haine vouée et avouée du Maroc jusqu’à aller fournir du gaz et du pétrole gratuitement pour tout pays qui reconnait le mouvement séparatiste en tant qu’Etat », rappelle-t-il, donnant l’exemple de la Tunisie qui devrait s’y plier prochainement.  

Dans ce même contexte, Tajeddine El Husseini a indiqué que la Mauritanie est également soumise à des pressions quotidiennes afin de fonder un Maghreb arabe sans le Maroc, soulignant que ce sont là des projets ourdis en secret, mais, relève le politologue, le nouveau mécanisme de la diplomatie marocaine est porteur et n’est plus une diplomatie défensive, et encore moins une diplomatie de la « chaise vide » comme ce fut le cas pendant plusieurs années.  

Aujourd’hui elle est présente sur tous les fronts au niveau international et elle a réintégré l’Union Africaine (UA). Cela montre que la position du Maroc épouse les principes instaurés par le Conseil de sécurité de l’ONU pour un accord politique réaliste à même d’apporter la paix et la sécurité dans la région, conclura le spécialiste en relations internationales.  




لقراءة الخبر من المصدر

مقالات ذات صلة