Fermeture des stations de lavage, à quand le contrôle des domaines agricoles?

Le Maroc traverse une crise hydrique sans précédent, qui a poussé le gouvernement à adopter un plan d’urgence pour y faire face. Dans ce sens, les pouvoirs publics ont procédé à la fermeture de plusieurs stations de lavage de voitures dans différentes villes du Royaume, et ce, en application des instructions contenues dans une circulaire du ministère de l’Intérieur. 

Cela dit, cette mesure n’a pas été du goût des professionnels du secteur qui ont déploré l’absence de tout accompagnement financier suite à cette fermeture imposée, et le laisser-aller observé par les autorités dans les domaines agricoles, qui consomment énormément d’eau et épuisent les nappes phréatiques.

En raison du faible taux de remplissage des barrages au niveau de la majorité des bassins hydrauliques au Maroc et la faible productivité des ressources en eau souterraine, le ministère de l’Intérieur a adressé une note, il y a quelques semaines, aux walis des régions et gouverneurs des préfectures, des provinces et des préfectures d’arrondissement afin de mettre en oeuvre les actions nécessaires à une gestion rationnelle des ressources en eau et garantir l’approvisionnement en eau potable de la population.

Ces actions consistent en particulier à l’application de restrictions sur les débits d’eau distribués aux usagers, l’interdiction de l’arrosage des espaces verts et des golfs à partir des eaux conventionnelles (eau potable, eau de surface ou eau souterraine), l’interdiction du lavage sur les voies et places publiques à l’eau potable, l’interdiction des prélèvements illicites d’eau au niveau des forages, des puits, des sources, des cours d’eau et des canaux de transport de l’eau, le remplissage des piscines publiques et privées une fois par an, ou encore l’interdiction de l’usage de l’eau potable pour le lavage des véhicules et engins.

Cette campagne menée par le gouvernement pour sensibiliser les Marocains sur l’importance de préserver les ressources en eau, a été applaudie par les acteurs écologiques qui ont appelé à cette occasion à lancer une opération parallèle ciblant les grands agriculteurs au Maroc, compte tenu du faible contrôle administratif et juridique lié à l’extraction de l’eau des puits.

Alors que les commissions du ministère de l’Intérieur mènent une vaste campagne de fermeture de certains garages dédiés au lavage des voitures utilisant de l’eau potable, les mêmes acteurs écologiques se sont interrogés sur le sort de leurs employés, soulignant que la décision de fermeture devrait s’appliquer à tous les industriels et agriculteurs qui utilisent l’eau potable.

L’intervention des comités mixtes, chapeautés par les autorités locales au niveau des arrondissements et des directions, s’inscrit dans le cadre de la mise en oeuvre des conclusions des réunions précédentes sur la «crise de l’eau», au cours desquelles les gouverneurs ont donné des instructions claires pour l’application proprement dite de la circulaire du ministère de l’Intérieur.

Dans ce sens, Jamal Akshabab, militant écologiste et responsable de l’association des amis de l’environnement à Zagora, a estimé que « la campagne de sensibilisation est positive, mais son impact reste limité, car la consommation d’eau potable ne dépasse pas 12 % dans les foyers », tandis que ce pourcentage atteint 85 % dans le secteur agricole.

Dans une déclaration à Hespress, le militant a indiqué « qu’il aurait été plus approprié de lancer une campagne de sensibilisation auprès des grands agriculteurs qui possèdent de grands domaines agricoles », notant à titre de comparaison que « le secteur du tourisme consomme moins de 2% d’eau ressources ».

Jamal Akshabab a soutenu que les stations et garages de lavage de voitures ne peuvent être tenus pour responsables de la rareté de l’eau.

« Il est vrai que les professionnels doivent être sensibilisés à l’importance de conserver l’eau, et les contrevenants sanctionnés, mais les domaines agricoles n’ont fait l’objet d’aucune sanction malgré leur grande contribution à la crise actuelle », relève-t-il.




لقراءة الخبر من المصدر

مقالات ذات صلة

زر الذهاب إلى الأعلى